Afrique du Nord

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Navigation

Contribuer

Outils

Imprimer / exporter

Dans d’autres projets

L'Afrique du Nord est un sous-continent culturel de la partie septentrionale de l’Afrique. Elle est parfois définie comme s'étendant des rives de l'Atlantique, du Maroc à l'ouest, au canal de Suez et à la mer Rouge, en Égypte à l'est. La définition la plus communément acceptée comprend d'Est en Ouest : l'Égypte, la Libye, la Tunisie, l'Algérie, le Maroc et le Sahara occidental. Le Bureau du recensement des États-Unis définit l'Afrique du Nord comme étant l'Algérie, la Libye, l'Égypte, le Maroc et la Tunisie[1].

Les pays d'Afrique du Nord partagent une identité ethnique, culturelle et linguistique commune propre à cette région, tel que la langue (Arabe, Berbère), ainsi que la religion (Islam). L'Afrique du Nord est habitée par les Berbères depuis le début de l'histoire, tandis que la partie orientale de l'Afrique du Nord fut le foyer des anciens Égyptiens, lesquels entretenaient d'étroites relations avec les Berbères durant l'Antiquité. Après la conquête musulmane au viie siècle, la région a subi un processus d'arabisation et d'islamisation qui a depuis redéfini son paysage culturel.

La distinction entre l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne est historiquement et écologiquement significative en raison de la barrière naturelle créée par le désert du Sahara pour une grande partie de l'histoire moderne. L'Afrique du Nord est peuplée d'Arabes et de Berbères, tandis que l'Afrique subsaharienne est peuplée de Noirs. À partir de 4000-3600 av. J.-C., à la suite de la désertification abrupte du Sahara due aux changements graduels de l'orbite terrestre, cette barrière a séparé culturellement le Nord du reste du continent[2]. Comme les civilisations maritimes des Phéniciens, des Grecs, des Romains, des Musulmans et d'autres facilitaient la communication et la migration à travers la mer Méditerranée, les cultures nord-africaines étaient plus étroitement liées à l'Asie du Sud-Ouest et à l'Europe qu'à l'Afrique subsaharienne. L'influence islamique dans la région est également importante, et l'Afrique du Nord est une part majeure du monde musulman.

Un nombre croissant de chercheurs ont postulé que l'Afrique du Nord, plutôt que l'Afrique de l'Est, servait de point de sortie pour les humains modernes qui ont d'abord quitté le continent lors de la migration hors d'Afrique[3],[4],[5].

On retrouve d'autres dénominations désignant l'Afrique du Nord : Afrique méditerranéenne[6],[7], Afrique blanche[8].

L'expression « Afrique méditerranéenne » est due aux liens historiques et culturels rattachant l'Afrique du Nord au monde méditerranéen, mais aussi à des critères géographiques et climatiques : le climat méditerranéen.

L'expression « Afrique blanche » s'oppose à celle d'« Afrique noire », désignant l'Afrique subsaharienne. Georg Wilhelm Friedrich Hegel l'appelait également « Afrique européenne »[9] alors qu'Élisée Reclus voyait dans le Nord de l'Afrique un appendice de l'Arc latin[10].

L'expression Afrique blanche fait référence soit, géographiquement, au nord du Sahara[11] soit, ethniquement, aux minorités « blanches » de l'Afrique « noire » : Touaregs au Sahel, Afrikaners au sud.

Les montagnes de l'Atlas s'étendent sur une grande partie du Maroc, le nord de l'Algérie et la Tunisie, font partie du système de montagnes de pli qui traverse également une grande partie de l'Europe du Sud. Elles reculent vers le sud et l'est, devenant un paysage de steppe avant de rencontrer le désert du Sahara, qui couvre plus de 75 % de la région. Les sédiments du Sahara recouvrent un ancien plateau de roche cristalline, dont certains ont plus de quatre milliards d'années.

Au sud de l'Atlas se trouve l'étendue aride et désertique du désert du Sahara, le plus grand désert de sable au monde[12]. Par endroits, le désert est coupé par des cours d'eau irréguliers appelés Oueds (ou wadis) qui ne s'écoulent qu'après les précipitations mais sont généralement secs. Les principaux reliefs du Sahara comprennent des ergs, de grandes mers de sable qui forment parfois d'immenses dunes ; la hammada, un plateau rocailleux plat sans sol ni sable ; et le reg, une surface plate constituée gravier ou de petites pierres. Le Sahara couvre la partie sud du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, et la majeure partie de la Libye. Seules deux régions de la Libye sont en dehors du désert : la Tripolitaine au nord-ouest et la Cyrénaïque au nord-est. La plus grande partie de l'Égypte est également désertique, à l'exception du Nil et des terres irriguées le long de ses rives. La vallée du Nil forme un fil fertile étroit qui s'étend sur toute la longueur du pays.

Les vallées abritées dans les montagnes de l'Atlas, la vallée et le delta du Nil, et la mer Méditerranée sont les principales sources de terres agricoles fertiles. Une grande variété de cultures précieuses, y compris les céréales, le riz et le coton, et des bois tels que le cèdre et le liège, sont cultivés. Les cultures méditerranéennes typiques, telles que les olives, les figues, les dattes et les agrumes, prospèrent également dans ces régions. La vallée du Nil est particulièrement fertile, et la plupart de la population en Égypte vit près de la rivière. Ailleurs, l'irrigation est essentielle pour améliorer les rendements des cultures sur les marges du désert.

(km²)

(par km²)

Tifariti (temporaire)

Le climat d'Afrique du Nord est influencé par la mer Méditerranée au nord, l'océan Atlantique à l'ouest, le Sahara au centre sud et dans une moindre mesure le Sahel à l'extrême sud de la zone. Avec ces influences climatiques, on peut donc citer les climats généraux d'Afrique du Nord :

Les vestiges de la présence humaine en Afrique du Nord remontent à 400 000 ans, âge attribué aux restes de l'Homo mauritanicus découverts dans les sédiments du lac préhistorique de Tighennif près de Mascara, en Algérie. L'Homo mauritanicus, contemporain de l'Homme de Pékin et du Pithécanthrope de Java, dont les ossements ont été retrouvés au milieu des outils en pierre taillée qu'il fabriquait, y a séjourné.

Les Berbères subsistent dans un immense territoire qui commence à l'ouest de l'Égypte. Actuellement des populations parlant le berbère habitent dans une douzaine de pays d'Afrique[15], de la Méditerranée au sud du Niger, de l'Atlantique au voisinage du Nil. Les autochtones de l'Afrique du Nord sont les peuples berbères et les Égyptiens. Les peuples berbères sont des peuples parlant tous des langues similaires et ayant peuplé l'Afrique du Nord depuis l'ouest de la vallée du Nil aux Îles Canaries bien avant la conquête romaine.

En 670, arrivée des Arabes sous le commandement d'Oqba Ibn Nafi al-Fihri. Fondation de Kairouan dans l'actuelle Tunisie, première implantation de l'islam dans la région[17],[16].

L'arrivée d'Idris Ier, arrière-petit-fils d'Al-Hassan ibn Ali, fils d'Ali ibn Abi Talib et Fatima Zahra, la fille de Mahomet. Il se fait reconnaître comme imam par la tribu berbère des Awerba qui l'avaient accueilli et par les quelques Arabes qui l'avaient accompagné dans son exil.

Au XIe siècle, début des invasions hilaliennes de l'Ifriqiya.

La Berbérie, du mot « berbère », terme correspondant au territoire habité par les populations berbères, autochtones d'Afrique du Nord. Donnant l'équivalent Tamazgha en berbère. De même, la Libye antique désignait le territoire des Libyens, ancêtre des Berbères.

Le Maghreb (de l'arabe signifiant « Le Couchant »), désigne l'Afrique du Nord, et couvre, si l'on parle de Petit Maghreb, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le Grand Maghreb compte, en plus de ces trois pays, la Libye et la Mauritanie.

Dans l'Antiquité, Africa désignait la région de Carthage, qui correspond à l'actuelle Tunisie, une partie du nord-est de l'Algérie et à la Tripolitaine. L'Africa a constitué plusieurs provinces de l'Empire romain. Après la conquête musulmane du Maghreb, le nom s'est perpétué sous la forme arabisée d'Ifriqiya, pour ensuite servir à nommer l'ensemble du continent.

Sur les autres projets Wikimedia :

Reconstruction du monde décrit par Hérodote dans son Enquête (Ve siècle av. J.-C.).
La Grande Mosquée de Kairouan, fondée en 670 par le général omeyyade Oqba Ibn Nafi, est l'une des plus anciennes mosquées d'Afrique du Nord[16] ; elle est située à Kairouan en Tunisie.