François Corteggiani

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment ().

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent. L'emploi des mots « mort » et « décès » est discuté sur cette page.
La dernière modification de cette page a été faite le 29 septembre 2022 à 17:43.

Pour les articles homonymes, voir Corteggiani.

François Corteggiani, né le à Nice et mort le à Carpentras[1], est un dessinateur et surtout un scénariste de bande dessinée français. Il signe également sous le nom de Pujol[2].

Après quelques collaborations locales, François Corteggiani s'installe à Paris en 1973 et commence par travailler dans la publicité et l'illustration dans divers journaux. Il débute dans la bande dessinée au sein d'une petite maison d'édition lyonnaise pour laquelle il livre un peu plus de 1 000 planches en deux ans.[réf. nécessaire]

Après un passage éclair chez Spirou, il entre au journal Pif Gadget où il apprend tout en matière de scénario et dessin de Michel Motti à qui José Cabrero avait confié ses personnages et sa série. Corteggiani malgré cette aide ne pourra jamais dessiner la bande titre du journal Pif.[réf. nécessaire]

Il crée également la série Pastis et avec Pica les séries Marine et Smith & Wesson.

Pour Glénat, en 1981, toujours avec Pica, il reprend les séries Bastos et Zakousky et Chafouin et Baluchon pour les journaux Circus et Gomme !. Après l'arrêt de Gomme !, il participe au mensuel Vécu en scénarisant De silence et de sang pour Marc Malès et Le Casque et la fronde pour Walter Fahrer.

Au début des années 1980, il travaille pour le journal allemand Zack (Super As) pour lequel il écrit Peter O'Pencil que dessine Giorgio Cavazzano avec qui il fera ensuite Capitaine Rogers pour le Giornalino de Milan ainsi que Timothée Titan d'abord pour les Éditions Hachette puis pour la société Strip Art Features , Timotee Titan est un personnage crée par Michel Motti.

Depuis 1984, il collabore au Journal de Mickey, où il anime avec Pica les gags de L'École Abracadabra (le rédacteur en chef du secteur bandes dessinées est depuis peu son ami Jean-Luc Cochet, ex scénariste à Pif gadget). Tandis qu'ils continuent ensemble la série Marine, il travaille avec Philippe Bercovici pour Glénat. Depuis la mort de Jean-Michel Charlier c'est lui qui a repris les scénarios de La Jeunesse de Blueberry dessinée par Colin Wilson avec qui il a créé la série Thunderhawks pour Soleil Productions.

François Corteggiani est le rédacteur en chef BD de la nouvelle version de Pif Gadget (parue de 2004 à 2008). Dans la même période, il lance également un petit magazine pour la jeunesse, Glop Glop.

Il s'installe à Carpentras. Ce fut le fruit d'un hasard et la découverte d'un univers. « Il y a plus de vingt ans, je voulais quitter Paris. La voiture d'un ami, un dessinateur belge, a rendu l'âme sur le chemin de la Côte d'Azur, à Carpentras. Je me suis dit que c'était un signe du destin, je l'ai rejoint. Je suis resté pour mes enfants, et aussi parce que j'ai trop de livres pour déménager! C'est une région qui pourrait vraiment être intéressante si les gens se bougeaient davantage ! C'est pourquoi j'ai créé le Bistro BD il y a trois ans[3]. »

Le premier Bistro BD de Carpentras se déroule en 2005, pendant un week-end d'automne au Jardin des Glaces. À son invitation, une vingtaine d'amis, auteurs et illustrateurs, se retrouvent à Carpentras pour accueillir les passionnés et les autres. Depuis les rencontres se font simplement, sans protocole, et le plus souvent autour d'un verre de Ventoux[3].

Le 7e Bistro BD débute le . Plus de 20 auteurs y participent dont Caza, Florence Cestac, Jocelyne Charrance, Pierre Dubois, Herlé, André Houot, Michel Jans, Philippe Luguy, Michel Plessix, Georges Ramaïoli, Brice Tarvel et André Taymans. Dans ce cadre, la Maison des jeunes et de la culture accueille, du au , une exposition sur Ned Kelly, intitulée Histoire d'un album, avec des dessins de Mankho et un scénario de François Corteggiani[4].

Depuis l'été 2015, au sein du nouveau magazine Super Pif il écrit les scenarios des Aventures de Pif le chien dessinées par Richard Di Martino, de Placid et Muzo dessinées par Netch, et d'autres série comme Kid Franky dessinée par Herlé[5]… Sous la signature transparente de Kort, il poursuit pour L'Humanité la publication quotidienne de "Pif".

En 2012, François Corteggiani soutient Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle[6].

Le , il a été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Carpentras[7] pour avoir caricaturé Hervé de Lépinau, avocat au barreau de Carpentras et représentant local du parti Front nationalRassemblement bleu Marine, en lapin. Ce dernier reprochait la diffusion d’un journal satirique tiré à 85 exemplaires et diffusé sur le marché de Carpentras, durant la campagne municipale de 2014, à l'avant-veille de l'élection. Le candidat frontiste y était croqué sous le nom d’Hervé le Lapinot et les termes « salopards », « scélérats » et « imbéciles » y qualifiaient des militants frontistes. Au terme du procès, François Corteggiani écope de 3 000 euros d’amende, 3 000 euros de dommages et intérêts et 1 500 euros pour les frais de justice. Tandis que Charlie Hebdo et L'Humanité lui témoignent de leurs soutiens après le verdict, il fait appel de la décision[8]. Ce procès fait écho à celui d'un autre caricaturiste, Jean-Michel Renault, jugé le 19 juin 2015 au tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer pour une caricature contre le FN publiée dans Nord Littoral.[réf. nécessaire]

Sur les autres projets Wikimedia :