Jürgen Nöldner

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment ().

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent. L'emploi des mots « mort » et « décès » est discuté sur cette page.
La dernière modification de cette page a été faite le 3 décembre 2022 à 10:44.

Jürgen Nöldner, né le à Berlin (Allemagne) et mort le [1] dans la même ville, est un footballeur international est-allemand.

Jürgen Nöldner est le fils d'un résistant allemand, Erwin Nöldner (de), guillotiné par les Nazis en 1944.

En tant que milieu de terrain, il est international est-allemand à 30 reprises (1960-1969) pour 16 buts.

Il participe aux Jeux olympiques de 1964 avec l’équipe unifiée d'Allemagne : il ne joue pas contre l’Iran, est titulaire contre la Roumanie, contre le Mexique (un but à 64e minute), contre la Yougoslavie, contre la Tchécoslovaquie (un but à 25e minute) et contre l’Égypte. Il remporte la médaille de bronze.

Il joue toute sa carrière au FC Viktoria Francfort de 1959 à 1973. Il remporte cinq championnats de RDA, une coupe de RDA et une D2 est-allemande. En 1966, il est récompensé du titre de Footballeur est-allemand de l'année. Du coup, il est surnommé le « Puskás de la RDA ».

Après sa fin de carrière de footballeur, il devient journaliste sportif. Il crée le Neue Fußballwoche, qui existe de 1984 à 1990. De 1990 à 2006, il travaille pour le Kicker Sportmagazin.