Le Beausset

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article est une ébauche concernant une commune du Var.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune de France.

Le Beausset est une commune française située près de Toulon, dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Beaussétans[1].

Localisée au Sud-Ouest du Var, la commune du Beausset, chef-lieu de canton, est rattachée à l’arrondissement de Toulon.

Le territoire communal est caractérisé par trois unités topographiques :

Région forestière « Chaînons calcaires méridionaux »[2].

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

La commune du Beausset est en zone sismique de faible risque 0[3].

Le Beausset est traversée par le fleuve La Reppe[4], ainsi que par ses deux affluents, la Darbousse[5] et la Capucine[6],[7].

Le Beausset n'ayant pas de station météo, la plus proche est celle d'Ollioules[8].

Le Beausset est accessible par la route départementale DN 8, l'ancienne route nationale 8, depuis Toulon, au sud, ou Cuges-les-Pins au nord. Les sorties de l'autoroute A50 les plus proches sont les Sortie 11 (depuis Toulon) et Sortie 12 (depuis Marseille)[10].

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation du Beausset par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[11] :

Orientation

(O)

(E)

(O)

(N)

(O)

(O)

(N-E)

(N)

(N-O)

(N-O)

(N)

L’aéroport le plus proche est celui de Toulon-Hyères à 40 km, celui de Marseille-Provence est à 70 km. A 6 km se trouve l'aéroport du Castellet pour l'aviation privée et d'affaires[12].

Les gares SNCF les plus proches se trouvent à Bandol à 7,8 km,à Saint-Cyr-sur-Mer à 7,9 km, à Ollioules - Sanary à 8,6 km, à La Seyne-Six-Fours à 11 km, ces gares sont desservies par les TER Provence-Alpes-Côte d'Azur. Pour les liaisons TGV : Toulon à 13 km et Marseille à 49 km[12].

Plusieurs ports se situent à proximité de la commune : port marchand et militaire de Toulon distant de 13 km et les ports de plaisance de Bandol (8,2 km), Sanary-sur-Mer (9,1 km), Saint-Cyr-sur-Mer (10,1 km) et Six-Fours-les-Plages (13,6 km)[12]. Le grand port maritime de Marseille se situe à 50 km, celui de La Ciotat à 20 km.

Quatre lignes de bus du réseau de transport du Var Varlib desservent la commune et sont assurées par le Groupement des lignes du Var SCAC Keolis[13],[14] :

Pour desservir le collège Jean-Giono des transports scolaires ont été mis en place au profit des élèves des communes voisines. Pour les élèves du Beausset, des transports scolaires ont été mis en place pour qu'ils se rendent aux différents lycées de La Seyne-sur-Mer. Ces transports sont de la compétence du conseil général du Var.

Le Beausset est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulon, une agglomération inter-départementale regroupant 27 communes[18] et 575 347 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulon est la neuvième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice et Nantes[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[23].

Le Beausset se situe dans le périmètre du SCoT Provence Méditerranée défini par arrêté préfectoral en date du .

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (19 %), cultures permanentes (17,2 %), zones urbanisées (14,4 %), zones agricoles hétérogènes (7,2 %), mines, décharges et chantiers (1 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Bausset est en provençal le diminutif du mot baus, qui signifie falaise, escarpement rocheux. Lou bausset, c'est donc le petit escarpement. Baus se retrouve dans de nombreux toponymes provençaux, dont trois communes : Le Beausset (Var), Le Beaucet (Vaucluse) et Les Baux de Provence (Bouches-du-Rhône). Phonétiquement, baus se prononce « bàou », avec une diphtongue accentuée sur le « a ». Les formes francisées hésitent entra baou d'une part, ce qui marque la diphtongue d'origine, et bau ou beau d'autre part, prononcés « bô »[26].
Les panneaux routiers en provençal installés par la municipalité portent la mention Lou Bausset en Prouvènço.

Le Beausset s'écrit Lo Baucet en selon la norme classique de l'occitan et Lou Bausset en provençal selon la norme mistralienne.

L'éminence appelée aujourd'hui le Beausset-Vieux porte des traces d'occupations successives, probablement par les Ligures puis par les Phocéens de Tauroentum (Le Brusc), et ensuite les Romains. Plate-forme au sommet d'un escarpement, le Beausset-Vieux contrôlait la principale voie terrestre entre Marseille et Toulon à un endroit particulièrement étroit, la route passant entre le pied de l'escarpement et la plaine du Beausset, alors très majoritairement marécageuse. De ce fait, le Beausset s'intégrait dans la série des points de contrôle de cette route, avec Le Castellet en amont, Évenos et Ollioules en aval.

Ce site resta le principal centre d'implantation jusqu'au XVe siècle, où l'assèchement progressif de la plaine et le recul des menaces extérieures permit à l'habitat de descendre sur un mamelon qui constitue l'actuel centre-ville. Le site du Beausset-Vieux fut abandonné en 1506.

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de , ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[27]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute à caractère politique se produit au Beausset le [28]. Elle parvient à obtenir la suppression d’un impôt, le piquet, à changer le règlement de l’élection du conseil municipal, et à en faire élire un nouveau[29]. Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais les condamnations ne sont pas exécutées, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[30].

La famille Bonnasse, banquiers marseillais, est originaire du Beausset.

La commune ayant plus de 3 500 habitants c'est un scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle : les candidats se présentent en listes complètes. Lors du vote, on ne peut faire ni adjonction, ni suppression, ni modification de l'ordre de présentation des listes[31],[32]..

Depuis la loi n° 2000-493 du tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, des règles de parité homme/femme s'appliquent aux élections municipales des communes de plus de 3 500 habitants. Ces règles se sont appliquées pour la première fois aux élections de 2001 et sont renforcées pour les élections de 2008[33].

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 29 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[34]).

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour deux ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à trois journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, la constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour cinq ans à partir de 1855.

Depuis 1871 Les maires sont élus par le conseil municipal à la suite de son élection au suffrage universel.

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[39] :

Avec les taux de fiscalité suivants :

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 503 [40].

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Sud Sainte Baume.

La communauté de communes gère trois déchèteries sur son territoire dont celle installée au Beausset (quartier Pas de Pouyen) [41]. Chaque lundi la communauté de communes effectue la collecte des encombrants sur la commune[42].

Le Beausset dispose de la station d'épuration intercommunale du Castellet d'une capacité de 30 000 Équivalent-habitants[43].

La commune fait partiellement partie du nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [44].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[46].

En 2019, la commune comptait 9 845 habitants[Note 3], en augmentation de 5,75 % par rapport à 2013 (Var : +4,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,9 % la même année, alors qu'il est de 32,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 4 653 hommes pour 5 137 femmes, soit un taux de 52,47 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

La commune dispose de trois groupes scolaires : André-Malraux (école maternelle et primaire) , Marcel-Pagnol (maternelle et primaire) et Jean-Gavot (primaire)[51]. Les élèves poursuivent leur scolarité dans la commune au collège Jean-Giono[52],[53]. Ensuite les élèves sont affectés aux lycées de La Seyne-sur-Mer[54] Beaussier[55] (enseignement général et technologique) ou Paul-Langevin (enseignement général et technologique et enseignement professionnel, appelé aussi lycée des métiers)[56],[57].

La vie sportive pour les jeunes au Beausset est très active. La municipalité participe à l'initiation de cette tranche d'age, par l'organisation de stages[58], ainsi que par une école municipale des Sports[59], et une école de natation[60].

De nombreux professionnels de santé sont installés au Beausset[61], dont six médecins, et un laboratoire d'analyses médicales.

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, de culte catholique, dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Bandol[62].

Patrimoine religieux :

L'église mise en chantier le [66], et ses cloches de 1751[67] et 1773[68]. Le clocher fut ajouté en 1905 et surmonté d'un campanile en fer forgé en 1958.

Seul vestige de l'ancien site du village l'ermitage du Beausset-Vieux[69] comprend une chapelle romane du XIIe siècle qui constitue la destination d'un pèlerinage régional toujours actif. Une ancienne tradition attribue à Notre-Dame du Beausset-Vieux une grande efficacité dans la guérison de maladie ou la protection en cas d'accident. Cette tradition a donné naissance à une galerie de plus de 80 ex-voto, dont les plus vieux datent du XVIIIe siècle. Les ex-voto du Beausset-Vieux constituent un témoignage intéressant d'art naïf et d'art populaire.

Chapelle Notre-Dame de Beauvoir inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du [70], et son mobilier (Nombreux Ex-voto[71], cloche de 1634[72] , etc.).

Petits édifices religieux dédiés à un saint ou à une sainte, les oratoires du Beausset foisonnent[73] et la commune en compte près d'une centaine. Placés de long des anciens chemins, ils subsistent dans des états de conservation ou de restauration très variables, certains ayant été intégrés dans des murs, d'autres au contraire dans un état de quasi-ruine. Ils abritaient traditionnellement une statue de saint ou de la sainte, mais des vols répétés des statuettes, souvent des plâtres sans grande valeur, ont conduit à leur remplacement par des effigies planes scellées dans l'oratoire. Il existe au Beausset un chemin, appelé : le chemin des Oratoires qui mène depuis le Beausset, jusqu'à la chapelle du Beausset Vieux, et qui constitue encore aujourd'hui l'ascension vers ce lieu de pèlerinage[74].

Monument aux morts inauguré en 1922[75].

Patrimoine civil :

Maison et non pas musée, cet établissement proposait une collection de poupées en porcelaine misent en scène. De plus, la Maison de la poupée était reconnue nationalement par le savoir-faire de ses restaurateurs et artisans.

Située rue Pasteur au Beausset, la maison Dalmas accueillit Napoléon Bonaparte alors qu'il n'était que capitaine. Il y séjourna un mois, durant l'année 1793, pendant le siège de Toulon.

Cloche de la maison La Thébaïde, de 1700[76].

Durant la période du Directoire, Le Beausset accueillit les bureaux de l'administration républicaine du au . Ce lieu se situe rue de la République au Beausset dans ce qui fut jadis un hôtel particulier.

Le Puits d’Isnard[77].

La fontaine du square Portalis[78].

La fontaine de l'esplanade De Gaulle[79].

Les armes du Beausset se blasonnent : D'azur, à une sainte Vierge d'or, soutenue d'un croissant d'argent, et la tête entourée de sept étoiles du même[80].

Sur les autres projets Wikimedia :

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).