Pablo Milanés

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment ().

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent. L'emploi des mots « mort » et « décès » est discuté sur cette page.
La dernière modification de cette page a été faite le 4 décembre 2022 à 09:17.

Pour les articles homonymes, voir Milanés.

Pablo Milanés, né le à Bayamo (Cuba) et mort le à Madrid (Espagne)[1],[2], est un compositeur, chanteur et guitariste cubain de nueva trova, un genre musical fondé sur des textes poétiques et engagés qui ont surgi dans la foulée de la révolution cubaine de 1959.

Son œuvre caractérisée par des textes poétiques et profonds a une grande influence du filin. En tant que créateur et interprète, il a exploité presque tous les genres de la musique populaire cubaine et latino-américaine. Il est l'auteur de chansons de renommée internationale telles que Yolanda et Vivir.

Lauréat de deux Latin Grammys (2006) et d'une statuette pour l'excellence musicale (2015), il a combiné des genres et des sonorités qui oscillent entre tradition et modernité puisque sa discographie englobe le filin, le jazz, la rumba, le son et le boléro, répartis sur cinquante albums.

Pablo Milanés a étudié au conservatoire municipal de La Havane[3]. Il est considéré comme l'un des fondateurs la nueva trova avec Silvio Rodriguez ou Noel Nicola. De nombreux artistes ont collaboré avec lui, parmi lesquels Silvio Rodriguez (Cuba)[4], Joaquin Sabina, Ana Belén, Joan Manuel Serrat, Víctor Manuel, Los Van Van, Piero, Lilia Vera, Caco Senante, etc. Ses chansons les plus célèbres sont Yolanda[5], Yo me quedo, Amo a esta isla, Yo no te pido et El breve espacio en que no estás[3].

À l'âge de 23 ans, Pablo Milanés a été emprisonné dans les Unités militaires d'aide à la production (UMAP), camps de travail destinés à rééduquer les Cubains qualifiés d'homosexuels, Témoins de Jéhovah, catholiques et autres déviants selon les normes du régime castriste[6].

En 1996 , il effectue une autre longue tournée en Espagne, en compagnie du chanteur asturien Víctor Manuel, avec qui il fait environ vingt-cinq représentations. En 1997, il retourne en Europe, cette fois il se produit au Portugal et en Italie ; et encore l'Amérique latine : Costa Rica, Venezuela, Colombie et Chili, et au Lincoln Center de New York[3].

Il remporte, entre autres, le Prix national de la musique cubaine et le Latin Grammy for Musical Excellence.

À la suite des manifestations anti-gouvernementales du 11 juillet 2021, Pablo Milanés indique qu'il est « irresponsable et absurde de blâmer et réprimer un peuple qui s'est sacrifié pendant des décennies pour soutenir ce régime »[7].

À Cuba, il a donné son dernier concert dans le populaire colisée de la Ciudad Deportiva (Cité des Sports), devant des milliers de personnes, au cours d'une soirée marquée par des chansons emblématiques et d'autres de son dernier album Días de Luz[8], dont la tournée de promotion l'a conduit sur des scènes aux États-Unis et en Espagne[9].

Il est le père de la chanteuse cubaine Suylén Milanés Bennet, morte en janvier 2022 à la suite d’un accident vasculaire cérébral[10],[11].

Il meurt le 22 novembre 2022 à l'âge de 79 ans, à Madrid en Espagne[12].

La discographie de Milanés compte plus de 40 albums solo, auxquels il faut ajouter une quinzaine d'œuvres avec le Groupe d'Expérimentation Sonore ICAIC (GESI), ainsi que son grand nombre d'œuvres dans des albums collectifs et des collaborations avec d'autres artistes.