Roberto Maroni

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Pour les articles homonymes, voir Maroni.

Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment ().

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent. L'emploi des mots « mort » et « décès » est discuté sur cette page.
La dernière modification de cette page a été faite le 23 novembre 2022 à 12:44.

Roberto Maroni, né le à Varèse et mort le à Lozza[1], est un avocat et homme politique italien, membre de la Ligue du Nord. Il est président de la région de Lombardie de 2013 à 2018.

Diplômé de l'université de Milan en 1979, Roberto Maroni est avocat. Il milite dans sa jeunesse dans un groupe marxiste-léniniste[2]. En 1984, il fonde avec Umberto Bossi la Ligue lombarde qui deviendra la Ligue du Nord. Élu conseiller municipal de Varèse en 1990, puis député en 1992, il devient chef du groupe parlementaire de la Ligue l'année suivante.

Dans le premier gouvernement de Silvio Berlusconi, il est ministre de l'Intérieur et vice-Président du conseil entre et . Avec la victoire de la Maison des libertés en 2001, il devient ministre du Travail dans les deuxième et troisième gouvernements Berlusconi. Après les élections d'avril 2008, il retrouve le ministère de l'Intérieur dans le cabinet Berlusconi IV du jusqu'au , date de la démission du gouvernement. Il se fait remarquer pour son action contre l'immigration clandestine.

Le , il est élu secrétaire fédéral de la Ligue du Nord, succédant à une direction provisoire après la démission d’Umberto Bossi. Il le demeure jusqu'au , quand Matteo Salvini lui succède.

Avec 42 % des voix, il remporte les élections régionales de 2013 en Lombardie en et devient président de la région le suivant.

Le , il est condamné par la justice à 1 an de prison[3].