Saison cyclonique 2022-2023 dans l'océan Indien sud-ouest

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article concerne un événement météorologique en cours.

Le texte peut changer fréquemment, n'est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.
N'hésitez pas à participer en citant vos sources.
La dernière modification de cette page a été faite le 27 novembre 2022 à 00:40.

La saison cyclonique 2022-2023 dans l'océan Indien sud-ouest s'étend officiellement du au , à l'exception de Maurice et des Seychelles, dont la saison se termine le . Ces dates délimitent traditionnellement la période de l'année durant laquelle la plupart des cyclones tropicaux et subtropicaux se forment dans le bassin qui est à l'ouest de 90 ° E et au sud de l'équateur. La formation de cyclones dans ce bassin est surveillée par le Centre météorologique régional spécialisé de La Réunion.

La saison a débuté hâtivement, la tempête tropicale Ashley se formant le sur l'extrême Est du bassin et n'affectant personne.

Au sein de l'océan Indien sud-ouest, les dépressions tropicales et les dépressions subtropicales pour lesquelles est mesuré un vent soutenu sur 10 minutes de 65 km/h par le Centre météorologique régional spécialisé cyclones de La Réunion (CMRS) reçoivent généralement un identifiant. Les Centres consultatifs sous-régionaux de cyclones tropicaux à Maurice et à Madagascar nomment les systèmes plus intenses. Le centre de Maurice nomme les systèmes qui s'intensifient en tempête tropicale modérée entre 55 et 90 ° E. Entre 30 et 55 ° E, c'est le centre de Madagascar qui attribue un nom.

À partir de la saison 2016-2017, les listes de noms dans le sud-ouest de l'océan Indien font l'objet d'une rotation triennale[1]. Les noms de tempête ne sont utilisés qu'une seule fois, donc tout nom de tempête utilisé cette année sera supprimé de la rotation et remplacé par un nouveau nom pour la saison 2024–25. Les noms non utilisés devraient être réutilisés dans la liste pour la saison 2024-2025. Tous les noms utilisés pendant la saison 2018-19 ont ainsi été remplacés.

Le , un creux quasi équatorial a produit une faible dépression tropicale dans l'océan Indien. Les conditions environnementales se sont améliorées au cours des 3 jours suivants et la dépression s'est suffisamment organisée pour devenir la première dépression tropicale de la saison le [3]. Tôt le jour suivant, le JTWC l'a désigné comme le cyclone tropical 02S, citant les données du diffusomètre du satellite météorologique indiquant des vents une force de tempête tropicale dans ses demi-cercles ouest et est. Le CMRS de La Réunion a également transformé le système en une tempête tropicale modérée et les services météorologiques mauriciens (MMS) l'ont nommé Ashley[4]. Le système a alors atteint son intensité maximale, avec des vents soutenus sur 10 minutes de 75 km/h avant de succomber à un fort cisaillement des vents du nord-est et à d'importantes intrusions d'air sec tard le même jour. Le CMRS a mis fin aux avis avant h UTC le alors qu’Ashley s'affaiblissait en dépression résiduelle mais a continué à suivre la tempête jusqu'à ce qu'elle soit notée pour la dernière fois le [5].

Le , le CMRS de La Réunion a commencé à surveiller une perturbation dont l'activité convective était localisée dans les convergences de basses couches. Plus tard le jour suivant, le JTWC a commencé à surveiller une zone de convection. Les images satellites ont indiqué que les lignes de nuages de bas niveau s'enroulaient dans le centre de bas niveau et tôt le 5 octobre, le JTWC a émis une alerte de Formation de cyclone tropical sur le système. Le JTWC l'a ensuite classé comme cyclone tropical 03S à h UTC le . À h UTC, le CMRS l'a rehaussé à dépression tropicale[6].

Malgré un cisaillement modéré du vent du nord-est, la convection a augmenté autour du système et le CMRS l'a ensuite déclaré une tempête tropicale modérée à h UTC le et elle a été nommée Balita par le MMS[7]. L'imagerie satellite a révélé que le système avait amélioré sa structure convective. À h UTC le , la structure de Balita est devenue allongée et asymétrique, incitant le CMRS à reclasser la tempête comme une dépression post-tropicale[8]. Plus tard ce même jour, le CMRS a cessé ses avis et le JTWC a emboîté le pas. Les restes se sont entièrement dissipés le .

Le , la dépression tropicale 02U de la région australienne, surveillée par le CMRS de La Réunion, a traversé dans sa zone de responsabilité[9]. Il n'y avait plus de convection associée, seulement un centre dépressionnaire de bas niveau. L'activité orageuse a repris dans la partie sud du système au cours des heures suivantes et le CMRS l'a classé comme dépression tropicale Trois alors que les conditions environnementales étaient légèrement propices à la cyclogenèse tropicale avec un faible cisaillement vertical du vent et écoulement équatorial modéré[10]. Cependant, à h UTC le , le CMRS a émis son dernier avertissement alors que le système dégénérait en une dépression résiduelle[11].