Saison cyclonique 2022 dans l'océan Atlantique nord

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Cet article concerne un événement météorologique en cours.

Le texte peut changer fréquemment, n'est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.
N'hésitez pas à participer en citant vos sources.
La dernière modification de cette page a été faite le 1 octobre 2022 à 01:50.

La saison cyclonique 2022 dans l'océan Atlantique nord est la saison des ouragans atlantiques qui officiellement se déroule selon l'Organisation météorologique mondiale du au (les dates réelles varient d'année en année), mais pour laquelle des prévisions météorologiques tropicales sont régulièrement publiées dès le . Le National Hurricane Center (NHC) américain émet des avis et avertissements visant ce bassin océanique pour les cyclones tropicaux mais également, depuis 2017, pour des « cyclones tropicaux potentiels »[N 1],[1]. Les avis pour ces tempêtes potentielles ont le même contenu que les avis normaux mais incluent la probabilité de développement.

Avant et pendant la saison, plusieurs services météorologiques nationaux et agences scientifiques prévoient combien de tempêtes tropicales, d'ouragans et d'ouragans majeurs (Catégorie 3 ou plus sur l'échelle de Saffir-Simpson) se formeront pendant une saison. Ces organismes comprennent le Consortium sur les risques de tempête tropicale (TSR) du University College de Londres, le National Weather Service de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine et l'Université d'État du Colorado (CSU). Les prévisions comprennent des changements hebdomadaires et mensuels des facteurs importants qui influencent ce nombre.

Certaines de ces prévisions prennent également en compte ce qui s'est passé au cours des saisons précédentes et l'état du cycle de l'ENSO comme la présence d'un événement La Niña ou El Niño. En moyenne, une saison des ouragans de l'Atlantique entre 1981 et 2010 a comporté douze tempêtes tropicales, six ouragans et trois ouragans majeurs, avec un indice d'énergie cyclonique accumulée (ACE) compris entre 66 et 103 unités[2].

Le , la CSU a publié une prévision à très long terme pour la saison des ouragans 2022. On y mentionnait une activité légèrement supérieure à la moyenne et, avec une probabilité de 40 %, 13 à 16 tempêtes nommées, 6 à 8 ouragans, 2 à 3 ouragans majeurs et un indice d'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) d'environ 130 unités[6]. Le TSR a également publié une prévision le qui mentionnait une activité tropicale globale proche de la moyenne pour son indice ACE, mais anticipait la formation de 18 tempêtes tropicales, 8 ouragans et 3 ouragans intenses au cours de la saison[3]. Ces prévisions se basaient sur l'attente d'une condition neutre d'El Niño – Oscillation australe (ENSO) jusqu'au troisième trimestre de 2022 mais l'incertitude était grande[19].

Le , le TSR a émis une première mise à jour pour la saison 2002 qui serait plus active que la moyenne mais pas autant que lors des deux années précédentes. L'organisme prévoyait 18 tempêtes nommées, 8 ouragans, dont 4 majeurs, et une ACE de 138[4]. Le lendemain, la CSU a publié sa première prévision régulière avec une activité bien supérieure à la moyenne comprenant 19 tempêtes nommées, 9 ouragans, dont 4 majeurs, et un indice ACE de 160 unités[7],[20],[21]. Les deux prévisions étaient basées sur des températures de surface de la mer supérieures à la moyenne dans l'océan Atlantique subtropical et la mer des Caraïbes ainsi qu'un La Niña allant de neutre à un faible, ce qui ne produit qu'un faible cisaillement des vents sur le bassin.

Le , c'était au tour de l'université d'État de la Caroline du Nord (NCSU) d'émettre ses prévisions d'une saison supérieure à la moyenne avec 17 à 21 tempêtes nommées, 7 à 9 ouragans dont 3 à 5 ouragans majeurs[10].

Le , le Met Office a publié sa première prévision, lui aussi mentionnant une saison plus active que la normale avec 70 % de probabilité d'avoir 18 tempêtes nommées avec 9 ouragans dont 4 majeurs[11]. Le lendemain c'était au tour du Climate Prediction Center de la NOAA de faire de même, prévoyant de 14 à 21 tempêtes et 6 à 10 ouragans dont 3 à 6 majeurs[13].

Le , Météo-France et le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (CEPMMT) ont à leur tour prévu une activité cyclonique significativement supérieure à la moyenne sur l'Atlantique tropical soit 18 à 19 cyclones nommés (±4), dont 9 à 10 ouragans (±3), et une énergie autour de 160. La fourchette des valeurs montrait une grande incertitude sur les facteurs en jeu soit : l'intensité de l'événement La Niña et les températures de l’océan Atlantique prévus légèrement supérieures aux normales de saison[14].

Le , le TSR a publié sa troisième prévision pour la saison, augmentant légèrement son nombre à 18 tempêtes nommées, 9 ouragans et 4 ouragans majeurs en grande partie sur la persistance de la faiblesse de La Niña au troisième trimestre de l'année[5].

Le , la CSU a mis à jour ses prévisions saisonnières, augmentant le nombre de cyclones tropicaux à 20 tempêtes nommées, 10 ouragans, 5 ouragans majeurs et un indice ACE global de 180 unités. L'organisme bas sa prévision sur un risque plus faible d'El Niño au cours de la saison et des températures de surface dans l'Atlantique tropical plus chaud que la moyenne[8],[22].

Le , c'était au tour du Met Office de mettre à jour ses prévisions avec 16 tempêtes nommées, 6 ouragans et 4 ouragans majeurs, soit une légère baisse[12]. Deux jours plus tard, la NOAA et le CSU ont révisé légèrement à la baisse leurs perspectives d'activité, mais toujours avec des chiffres dépassant la moyenne sur 30 ans, surtout à cause d'un refroidissement anormal dans l'Atlantique subtropical oriental et central[9]. Le , c'était au tour de Météo-France d'ajuster ses prévisions avec 17 à 18 cyclones nommés (± 4), dont 7 à 8 ouragans (± 2), et une énergie de 150, soit légèrement à la baisse car les températures de surface de l’océan Atlantique nord était plus faibles que prévu mais toujours supérieures aux normales[15].

La liste des noms utilisée pour nommer les tempêtes et les ouragans pour 2022 sera la même que celle de la saison cyclonique 2016, sauf Martin et Owen qui ont remplacé respectivement Matthew et Otto qui ont été retirés à cause de leurs impacts. Les noms utilisés en 2022 qui pourraient faire l'objet d'un retrait à cause de leurs effets seront annoncés au lors de la réunion de l'Organisation météorologique mondiale.

Depuis 2021, le comité sur les ouragans de l'Organisation météorologique mondiale a décidé de ne plus utiliser des noms provenant de l'alphabet grec, utilisation qui a créé certains problèmes antérieurement, au cas où la liste principale serait épuisée comme en 2020[23]. En remplacement, il a été convenu de créer une liste complémentaire de noms par ordre alphabétique pour toutes les lettres de l'alphabet (à l'exclusion des lettres Q, U, X, Y et Z peu usitées)[24].

Pour la première fois depuis 2014 dans l’Atlantique nord, il n'y a pas eu de cyclone tropical nommé avant le , début officiel de la saison[37]. Cependant, les restes de l'ouragan Agatha qui a frappé la côte ouest du Mexique le menaçaient de se redévelopper sur la mer des Caraïbes au tout début juin[38],[39]. C'est finalement le que la saison a démarré avec la formation dans le golfe du Mexique du premier système potentiel, qui est devenu la tempête tropicale Alex le 5 sur l'Atlantique après avoir traversé la Floride.

Le , le NHC a commencé à suivre un système mal organisé traversant l'Atlantique tropical. Il a été déclaré un cyclone tropical potentiel le 27 alors que le mauvais temps se dirigeait vers les Petites Antilles et la côte sud-américaine. Bien qu'il les ait atteintes, il n'est devenu la tempête tropicale Bonnie que le , juste avant de frapper le Costa Rica et le Nicaragua. Pour la première fois depuis 2016, ce système a survécu au passage de l'Atlantique au Pacifique le lendemain où il est devenu un ouragan. Le , la faible tempête tropicale Colin est apparue sur les Carolines et s'y est dissipée rapidement.

Depuis la dissipation de Colin, l'activité a été inexistante avec le plus long laps de temps entre les systèmes depuis la saison cyclonique de 1999 malgré le renforcement de La Niña. Ainsi, le , le National Hurricane Center et le CSU ont signalé que le total saisonnier de l'énergie cumulative des cyclones tropicaux n'était que de 2,8 unités par rapport à la moyenne de 1991 à 2020 de 12,3[40]. Au , aucun nouveau système n'était à l'horizon et c'est aussi la première fois depuis 2017 qu'à cette date en août il n'y avait pas encore eu un seul ouragan atlantique (Franklin est devenu un ouragan le )[9]. Selon le météorologue Bob Henson, cela serait dû au déplacement depuis des semaines d'une couche d'air sec et chargé de particules venant du Sahara à travers l'Atlantique tropical, réduisant l'instabilité et l'humidité nécessaire pour alimenter les averses et les orages dans cette zone normalement favorable au développement[40].

Après deux mois sans activité, Danielle est apparue le et est devenue le premier ouragan de la saison le lendemain. C'est la première fois qu'aucun cyclone tropical ne s'est formé en août dans l'Atlantique depuis la saison 1997[41] et seulement la troisième fois qu'il n'y a pas eu d'ouragans nommés en août depuis 1960[42]. Ce cyclone tropical s'est formé exceptionnellement loin au nord, près de 38 °N, soit l'une des formations les plus au nord jamais enregistrées pour une tempête nommée en septembre[41]. Il a erré au milieu de l'Atlantique nord plus d'une semaine.

Le , c'était au tour d’Earl de se former au large des Petites Antilles puis de remonter vers le nord, passer près des Bermudes à la catégorie 2 et de devenir une tempête des latitudes moyennes en arrivant au sud-est de Terre-Neuve le . À un certain moment, le National Hurricane Center pensait qu’Earl deviendrait un ouragan majeur mais une combinaison de facteurs ont prévenu cette intensification.

L'ouragan de catégorie 2 du Pacifique nommé Agatha a frappé la côte sud-ouest du Mexique près de Puerto Ángel, Oaxaca le [43]. Le système s'est ensuite déplacé vers le nord-est tout en faiblissant rapidement pour dégénérer en une dépression résiduelle sur le terrain montagneux du sud du Mexique. Cependant, l'onde tropicale en altitude a poursuivi vers la péninsule du Yucatán. À 21 h UTC le , le NHC a émis un premier bulletin pour le cyclone tropical potentiel Un[N 1] alors qu'un large centre dépressionnaire mal défini et associé à une zone orageuse entre la péninsule du Yucatán et Cuba pouvait devenir un système tropical au cours des 24 heures suivantes[44]. Des veilles de tempête tropicale ont été lancées pour Cuba et la Floride par la même occasion, surtout pour des pluies torrentielles.

Le , le système n'a pas réussi à développer un centre unique en traversant le sud du golfe du Mexique à cause du cisaillement des vents et d'un apport d'air sec dans son quadrant ouest, ressemblant plutôt à un creux allongé. À h UTC le 4, le NHC rapportait que les accumulations de pluie sur l'ouest de Cuba dépassaient les 250 mm en 24 heures[45]. À 12 h UTC, le cyclone potentiel a atteint le sud-ouest de la Floride, toujours mal organisé et en accélération vers le nord-est. À 21 h UTC, il ressortait sur l'Atlantique[46].

C'est durant la nuit suivante, à h UTC, que le NHC a finalement reclassé le système comme tempête tropicale nommée Alex à 265 km à l'est-nord-est de Fort Pierce, Floride[47]. Les Bermudes furent mises en alerte, fermant entre autres les écoles et annulant les transports publics pour le lundi [48]. La nuit du 5 au , la tempête a atteint son maximum avec des vents de 110 km/h et une pression centrale de 988 hPa tout en débutant sa transition post-tropicale. À 12 h UTC, elle est passée à 165 km au nord de l'archipel et des vents de 89 km/h avec rafales à 116 km/h ont été rapportés par une bouée météorologique[49]. À 21 h UTC, le NHC a émis son dernier message à propos d'Alex alors que le système est devenu une tempête des latitudes moyennes à 525 km au nord-est des Bermudes, se dirigeant rapidement vers l'Atlantique nord[50].

Le précurseur d'Alex a fait trois morts à Cuba ainsi que des dégâts importants par inondation[25]. Des inondations ont aussi frappé le sud de la Floride avec une accumulation de pluie jusqu'à 377 mm à Hollywood[51],[52]. Par contre aux Bermudes, les dégâts furent mineurs[53].

Une onde tropicale est sortie de la côte africaine, bien au sud des îles du Cap-Vert, et le NHC a commencé à l'inclure dans son bulletin de surveillance le [54]. En se dirigeant vers l'ouest, elle est a développé une zone de convection de mieux en mieux organisée. Le , la probabilité de formation d'un système tropical a dépassé 50 % alors que l'onde était à plus de 1 600 km à l'est-sud-est des Petites Antilles. Le lendemain à 21 h UTC, le premier bulletin pour le cyclone tropical potentiel Deux a été émis alors qu'un avion chasseur d'ouragans a rapporté que, bien qu'encore mal organisée, l'onde montrait des vents de force de tempête tropicale en certains endroits. Les gouvernements de Trinité-et-Tobago ainsi que de la Grenade ont émis des veilles et alertes cycloniques[55]. Les veilles ont rapidement été étendues à la côte caraïbéenne du Venezuela et aux îles ABC néerlandaises.

Un peu après h UTC le , le système, encore sans centre dépressionnaire défini, est passé sur l'île de la Trinité. Il est entré ensuite dans l'extrême sud de la mer des Caraïbes alors que les veilles et alertes étaient allongées à la côte colombienne[56]. Se déplaçant à plus de 30 km/h le long de la côte du Venezuela, il dépassa Curaçao moins de 24 heures plus tard et les veilles furent étendues jusqu'au Costa Rica et au Nicaragua[57]. Le cyclone potentiel a ensuite traversé la péninsule de Guajira pour déboucher dans le sud-ouest de la mer des Caraïbes.

Finalement libre de la friction de la côte et dans des conditions favorables à son développement, le système s'est mieux organisé. À 13 h 15 UTC le , le NHC l'a donc reclassé tempête tropicale Bonnie à la suite des informations recueillies par un avion de reconnaissance. Elle était alors à 370 km à l'est sud-est de Bluefields, Nicaragua[58]. S'intensifiant jusqu'à avoir des vents soutenus de 85 km/h, la tempête a touché la côte à la frontière entre le Costa Rica et le Nicaragua à h UTC le [59]. Bonnie a ensuite traversé ces pays, laissant de fortes accumulations de pluie, et est ressortie sur l'océan Pacifique vers 12 h UTC[60]. C'était la première fois qu'un cyclone tropical a survécu au passage de l'Atlantique au Pacifique depuis l'ouragan Otto en 2016[61]. La tempête s'est transformée dans ce bassin océanique en ouragan Bonnie le , juste au sud de Salina Cruz, Oaxaca, Mexique.

À Trinité-et-Tobago, le cyclone potentiel a causé des dommages minimes, certaines régions recevant de fortes pluies causant des inondations alors que le vent a soufflé quelques toits et cassé des arbres[62]. À Tobago, une femme de 79 ans qui se trouvait à l'intérieur d'une maison en bois qui s'est effondrée en est sortie indemne[63]. Plus de 200 000 clients dans tout le pays ont perdu l'accès à l'eau potable, ce qui a affecté 26 communautés et plusieurs installations de traitement de l'eau, les pluies rendant les eaux turbides[64].

Au Costa Rica, le gouvernement a confirmé que 3 572 personnes avaient été évacuées dans différentes parties du pays vers des abris, après avoir enregistré des inondations et des glissements de terrain[65]. Dans la province de Chiriquí, au Panama, plusieurs familles ont été évacuées en raison de glissements de terrain et de fortes pluies[66]. En Colombie, le gouvernement a mis l'île de San Andrés en Alerte. Au Venezuela, les classes et liaisons aériennes ont été suspendues[67]. Au Nicaragua, Bonnie a provoqué le débordement de rivières sur tout le territoire selon les médias officiels. Une fois passée dans le Pacifique, la tempête a causé au Salvador des chutes d'arbres et de murs en plus d'inondations qui ont entraîné et renversé des véhicules[26].

Au final, Bonnie a fait un mort au Salvador et au moins quatre décès au Nicaragua[26],[27].

Une zone dépressionnaire a émergé au large de la côte de Savannah en Géorgie à 18 h UTC le [68]. À h UTC le lendemain, la tempête tropicale Colin s'est formée à 80 km au sud-ouest de Myrtle Beach, Caroline du Sud, entrant dans les terres mais longeant la côte vers le nord-est[69].

À h UTC le 3, le NHC a déclassé le système en dépression tropicale alors qu'il était à 20 km au nord de Wilmington (Caroline du Nord) et que son organisation devenait problématique à cause du fort cisaillement des vents et d'air sec en altitude[70]. À h UTC, le NHC l'a déclaré dépression résiduelle non tropicale en dissipation et a cessé ses bulletins[71].

Les pluies les plus intenses et les vents forts de Colin sont restés au-dessus de l'Atlantique. Les accumulations de pluie signalées allèrent ainsi de 50 à 75 mm dans certaines parties de l'intérieur des Carolines jusqu'à près de 180 mm au large de Charleston (Caroline du Sud)[72],[73]. Aucun dommage n'a été rapporté avec ce système mais il a cependant forcé l'annulation de certains événements de la longue fin de semaine de la fête nationale américaine du à Charleston (Caroline du Sud) et à Southport (Caroline du Nord) en raison de l'accumulation d'eau sur les terrains des événements et des risques pour les participants[74].

La dépression post-tropicale a provoqué de fortes vagues le long des plages. À Oak Island (Caroline du Nord) plusieurs nageurs ont dû être rescapés le et les autorités ont rapporté une noyade[28].

Une zone dépressionnaire s'est formée le long d'un front en dissipation au-dessus de l'Atlantique subtropical central le [75]. Tôt le matin du , la perturbation était devenue suffisamment organisée pour être désignée Dépression tropicale Cinq[76], avant d'être ensuite reclassée en tempête tropicale Danielle à 15 h UTC à 1 545 km à l'ouest des Açores[77]. Danielle dérivait alors vers l'est à 2 nœuds (4 km/h), son déplacement entravé par un fort anticyclone d'altitude[78]. Cependant, son développement était favorisé par une température de surface de l'océan anormalement élevée pour la saison à cet endroit, soit environ 27 °C[78].

Le à 15 h UTC, le NHC a rehaussé le système à ouragan de catégorie 1 dans l'échelle de Saffir-Simpson, le premier ouragan de la saison 2022[79]. Son déplacement est devenu pratiquement nul ensuite[80]. Cela a produit une remontée d'eau froide qui l'a fait retomber temporairement en tempête tropicale tôt le lendemain matin[81]. Le système est redevenu ouragan dans la nuit du 3 au [82].

Danielle s'est ensuite lentement intensifié et a commencé à se déplacer vers le nord-nord-est[83]. Après avoir atteint un pic de vents soutenus de 150 km/h tôt le , l'intensité du système a commencé à fluctuer. Le , sa trajectoire s'incurvait vers le nord-est et son diamètre avait considérablement élargi, on retrouvait des vents de force de tempête jusqu'à 370 km de son centre, causant de fortes houles sur une vaste zone[84]. Le système montrait également des signes de transition extratropicale à l'approche d'un creux frontal venant de l'ouest[85].

À h UTC le , Danielle est retombé au niveau de tempête tropicale à 1 060 km au nord-nord-ouest des Açores en se déplaçant à 26 km/h[86]. À 15 h UTC, le NHC a déclaré que le système était devenu un cyclone post-tropical avec des vents soutenus de 100 km/h[87]. Cette dépression des latitudes moyennes devait ensuite se déplacer sur une boucle dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pendant les 36 heures suivantes puis se diriger vers le sud-est en faiblissant[87]. Bien que faiblissante, elle contenait encore beaucoup d'humidité et est allée se dissiper au large du Portugal le [88],[89].

Une onde tropicale est sortie de la côte ouest de l'Afrique le [90]. Elle a lentement traversé l'Atlantique tropical tout en ayant beaucoup de difficulté à s'organiser. Le , l'onde dépassait malgré tout les 80 % de probabilité de devenir un cyclone tropical en approchant des Petites Antilles[91]. À h UTC le , le NHC l'a finalement déclaré une tempête tropicale, nommée Earl, alors qu'elle était à 295 km à l'est de la portion nord des Petites Antilles, grâce à un rapport d'avion chasseur d'ouragans[92].

Le matin du , Earl passait à 125 km au nord de Saint-Thomas (îles Vierges des États-Unis), suffisamment loin pour avoir un effet minimal[93]. Cependant, un homme et une femme sont morts à Salinas (Porto Rico) après avoir été frappés par la foudre alors qu'ils faisaient de la motomarine, et un autre homme a été blessé dans le même événement[29]. Le lendemain, sa trajectoire s'est incurvée vers le nord et le , le service météorologique des Bermudes a émis une première veille cyclonique[94].

À h UTC le , le NHC a rehaussé Earl au niveau d'ouragan de catégorie 1 alors qu'il était à 885 km au sud des Bermudes, se basant sur les données reçues d'un avion de reconnaissance[95]. À h UTC le 8, Earl a atteint la catégorie 2 de l'échelle de Saffir-Simpson à 570 km au sud des Bermudes grâce à un affaiblissement du cisaillement des vents en altitude[96]. Il avait alors un œil de 90 km de diamètre.

La nuit du 8 au , le centre d’Earl est passé à environ 145 km à l'est-sud-est des Bermudes[97]. Les vents soutenus à l'aéroport international L.F. Wade ont atteint 60 km/h avec des rafales à 80 km/h et au Musée national des Bermudes on a enregistré une rafale de 108 km/h[98],[99]. Plus de 1 500 clients à travers l'archipel ont perdu l'électricité mais aucun dommage à grande échelle n'a été constaté, seulement la chute localisée d'arbres et de branches[98],[99].

L'ouragan s'est dirigé ensuite vers le nord-est tout en accélérant et fluctuant d'intensité, tombant brièvement à la catégorie 1 malgré la température de surface de la mer favorable[100],[101]. Le Service météorologique du Canada a émis des avertissements de pluie et de vents pour la péninsule d'Avalon à Terre-Neuve[102]. Le au matin, Earl montrait des signes de transition extratropicale avec ses nuages s'étirant d'est en ouest et son œil perdant rapidement sa définition à l'approche d'un creux frontal. À 21 h UTC, le NHC a déclassé le système à tempête frontale intense lorsqu'il était à 345 km au sud du cap Race, Terre-Neuve[103]. Un virage vers l'est-nord-est à déplacement lent et un faiblissement graduel était attendu les jours suivants.

La forte houle cyclonique a causé des bris au brise-lame sur la côte dans la région de Trepassey à Terre-Neuve[104]. Ces bris s'ajoutèrent à ceux de l'ouragan Larry de 2021 ce qui a isolé 25 maisons et environ 35 personnes[105]. De 175 à 200 mm de pluie sont tombés sur la région de Saint-Jean de Terre-Neuve, du 10 en après-midi à tôt le matin du , causant des inondations le long de la rivière Waterford. Les inondations ont bloqué des voitures dans les rues, fermés des parcs et remplis des sous-sols. Des accumulations similaires ont aussi été rapportées sur le reste de la péninsule d'Avalon dont 208 mm à Paradise[105]. Les rafales maximales dans le sud-est de Terre-Neuve et à Saint-Pierre-et-Miquelon ont dépassé 80 km/h, atteignant même 114 km/h à l'île Verte et 58 nœuds (107 km/h) à Saint-Pierre mais ne faisant que des dégâts mineurs[106]. Les pertes assurées au Canada sont estimées entre 300 et 700 millions de dollars américains et plus de 100 millions dans les Antilles[36].

Tôt le , le National Hurricane Center a commencé à surveiller une onde tropicale sur l'Atlantique tropical central[107]. Le à 15 h UTC, le premier bulletin fut émis pour la dépression tropicale Sept située à 1 300 km à l'est des Petites Antilles[108]. À h 45 UTC le 15, le système est reclassé tempête tropicale Fiona et les premières veilles ou alertes cycloniques sont émises pour les îles du nord de l'arc antillais peu après[109].

Vers h UTC le 17, le centre de la tempête est passé juste au nord de la Guadeloupe, rasant la pointe nord de Grande-Terre, débouchant dans le nord de la mer des Caraïbes[110]. Après avoir ralenti et tourné vers l'ouest-nord-ouest, Fiona a été reclassé ouragan de catégorie 1 à 15 h UTC le au sud de Ponce (Porto Rico)[111]. À 19 h 20 UTC, le centre de l'ouragan a touché la côte de Porto Rico près de Punta Tocon avec une pression centrale de 986 hPa et des vents soutenus de 140 km/h[112].

Par la suite, Fiona a traversé le canal de la Mona et a touché la côte de la République dominicaine au sud de Punta Cana près de Boca de Yuma à h 30 UTC le 19[113]. Le système est ensuite ressorti sur l'Atlantique [114]. À 21 h UTC, le NHC a rehaussé Fiona à la catégorie 2 de l'échelle de Saffir-Simpson[115].

À h UTC le 20, Fiona est reclassé premier ouragan majeur (catégorie 3) de la saison 2022 alors qu'il était à 70 km au sud-sud-est de l'île de Grand Turk[116]. À h UTC le 21, l'ouragan est passé à la catégorie 4 à 170 km nord des îles Caïcos, en direction des Bermudes[117]. Le système passe à 200 km des Bermudes à 12 h UTC le [118].

À h UTC le 24, Fiona est devenu un cyclone post-tropical à 220 km à l'est d'Halifax (Nouvelle-Écosse) conservant cependant des vents soutenus de 165 km/h, équivalents à un ouragan de catégorie 2[119]. Par la suite, le système a touché le Cap-Breton et est entré dans le golfe du Saint-Laurent toujours très intense[120]. Il s'est ensuite dirigé vers le Labrador puis le Groenland.

Durant la nuit du 16 au 17, la Guadeloupe a reçu de grandes quantités de pluie et une personne est morte lorsque sa maison a été emportée dans les inondations à Rivière des Pères, un quartier de Basse-Terre[30]. Au , les autorités de Porto Rico rapportaient 21 morts avec le passage de Fiona, dont un homme de 58 ans qui s'est noyé lorsqu'emporté par une rivière dans la ville de Comerío, tandis qu'un autre dans la trentaine est mort dans l'incendie d'un générateur[31],[32]. On rapporte deux morts en République dominicaine[33] et trois au Canada avec d'importants dégâts[34],[35].

Le , le NHC a commencé à suivre une onde tropicale au milieu de l'Atlantique subtropical. Ayant originalement peu de chances de progresser, elle s'est graduellement mieux organisée et à 15 h UTC le 20, le premier bulletin pour la dépression tropicale Huit, située à 1 785 km à l'ouest-sud-ouest des Açores, a été émis[121]. À 21 h UTC, le NHC a rehaussé le système à tempête tropicale Gaston[122].

À 12 h UTC le , Gaston se trouvait à 550 km à l'ouest-nord-ouest de l'île de Faial dans les Açores et se dirigeait vers l'archipel qui fut mis en avertissement de tempête tropicale[123]. Vingt-quatre heures plus tard, elle était à 215 km au nord du même endroit.

Tournant au sud puis au sud-ouest, Gaston est passé à 75 km à l'ouest de Faial vers h UTC le [124]. Vingt-quatre heures plus tard, la tempête était au sud-ouest des îles les plus à l'ouest des Açores et se dirigeait vers l'ouest.

Gaston a été reclassé comme une dépression post-tropicale à h UTC le 26 par le NHC. Le système était alors à 825 km à l'ouest de l'île de Faial et s'en éloignait tout en faiblissant[125].

De fortes pluies et des vents ont été signalés dans les Açores avec la tempête tropicale, en particulier dans les îles occidentales et centrales[126].

Le , le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale sur l'Afrique de l'Ouest. Elle a émergé au large des côtes du Sénégal le , et malgré l'intrusion d'air sec, elle s'est rapidement organisée pour devenir la dépression tropicale Dix le lendemain[127]. À h UTC le 24, le NHC a rehaussé le système à tempête tropicale Hermine alors qu'il était à 470 km au nord-est des îles du Cap-Vert[128]. C'est l'un des rares cyclones tropicaux à se former si à l'est, entre le Cap-Vert et la côte africaine, depuis 1851[129]. À 21 h UTC le même jour, Hermine est retombé au niveau de dépression tropicale à 735 km au nord-nord-est du Cap-Vert[130]. Passant sur des eaux plus froides et subissant une fort cisaillement des vents en altitude, Hermine est devenu post-tropical le matin du et le NHC a cessé ses bulletins[131].

Hermine a donné de fortes pluies aux îles Canaries, provoquant des inondations localisées et des arbres abattus. Plus de 140 vols ont été annulés à travers l'archipel[132].

Le , le NHC a commencé à suivre une onde tropicale à l'est des Petites Antilles. Deux jours plus tard, elle est entrée sur le sud-est de la mer des Caraïbes, où furent signalées des rafales et de fortes pluies sur les îles ABC et sur la côte nord de l'Amérique du Sud le . Un fort cisaillement du vent en altitude dans le sillage de l'ouragan Fiona inhibait le développement d'un système en surface. Tôt le 23, la convection avait cependant augmenté et le NHC a émis son premier bulletin pour la dépression tropicale Neuf au nord des îles ABC[133]. À h UTC le 24, le système fut rehaussé à tempête tropicale Ian alors qu'il était à 625 km au sud-est de Kingston (Jamaïque)[134]. Des veilles et avertissements cycloniques ont été émis pour la Jamaïque et les îles Caïmans, puis pour Cuba.

À h UTC le , le NHC a reclassé Ian comme un ouragan de catégorie 1 alors qu'il était à 150 km au sud-ouest des îles Caïmans dans des conditions très favorables à un développement rapide[135]. Il est passé à 160 km à l'ouest des mêmes îles quelques heures plus tard et est devenu de catégorie 2 à 21 h UTC[136]. Les alertes cycloniques sont étendues à la Floride.

Au cours de la nuit du 26 au , Ian est passé à la catégorie 3 supérieure. Le centre a frôlé l'ouest de l'île de la Jeunesse, puis touché la côte de Cuba près de La Coloma dans la province de Pinar del Río avec des vents de 205 km/h et une pression centrale de 952 hPa à h 30 UTC[137]. À 15 h UTC, il est passé dans le golfe du Mexique, ayant légèrement faibli à cause de la friction lors de son passage sur Cuba après que sa pression minimale a atteint 947 hPa sur terre[138].

Après être passé à l'ouest des Keys de Floride, le à h UTC, Ian a atteint la catégorie 4 à 125 km à l'ouest sud-ouest de Naples (Floride) et a continué à s'intensifier[139]. Il a touché la côte floridienne à 20 h 35 UTC juste au sud de Punta Gorda, légèrement moins fort[140]. Se déplaçant vers le nord-est sur terre, Ian a perdu rapidement de son intensité et de sa vitesse de déplacement. Il est redevenu une tempête tropicale à h UTC le 29 à 70 km au sud-est d'Orlando (Floride) avant de rejoindre l'Atlantique quelques heures plus tard[141]. Ian a repris de la vigueur sur le Gulf Stream et est redevenu un ouragan de catégorie 1 à 390 km au sud de Charleston (Caroline du Sud) vers 21 h UTC et sa trajectoire a tourné vers le nord[142].

Le à 18 h 5 UTC, Ian a touché terre pour la troisième fois près de Georgetown (Caroline du Sud)[143]. Quelques heures plus tard, le NHC a reclassé le système en dépression des latitudes moyennes alors que la convection profonde avait cessé avec la perte de sa source d'énergie, l'océan Atlantique, ayant encore des vents soutenus de 110 km/h observés au large sur le radar météorologique[144].

Tôt le , le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale située à plusieurs centaines de kilomètres à l'ouest-sud-ouest des îles du Cap-Vert. Celle-ci a évolué vers l'ouest mais est restée dans un environnement d'air sec avec des vents défavorables en altitude. Peu ou pas d'organisation s'est produite au cours des jours suivants alors qu'elle serpentait au-dessus de l'Atlantique tropical central. Le cisaillement des vents est devenu un peu plus favorable le et de la convection persistante désorganisée a commencé à se former autour d'une zone dépressionnaire sous l'onde. Grâce à une meilleure organisation des orages le , le NHC a finalement nommé la zone une dépression tropicale à 15 h UTC[145].

Le système a toujours eu à faire face à des conditions défavorables et à 21 h UTC le 29, il était détérioré au point que le NHC l'a reclassé dépression résiduelle et a cessé de le suivre[146]. La dépression Onze a toujours vécu en mer et n'a causé aucun dommage.

Le , le NHC a noté pour la première fois une zone orageuse associée à une onde tropicale située au centre de la mer des Caraïbes[147]. Le système est remonté le long de l'Amérique centrale et a débouché le sur la baie de Campêche avec une large zone dépressionnaire en surface mais des averses toujours désorganisées. En raison de son potentiel de développement pour le nord-est du Mexique et le sud du Texas, le NHC a lancé son premier bulletin de cyclone tropical potentiel à 21 h UTC le même jour[148].

Le , un avion de reconnaissance n'a pas rapporté de circulation fermée mais seulement un creux barométrique. Ce dernier est entré plus tard dans les terres au sud de l'embouchure du Río Grande. Le système n'ayant plus de potentiel de développement, le NHC a émis son dernier bulletin à h UTC le [149].

La perturbation, qui n'est jamais devenue un cyclone tropical, a donné de fortes pluies sur la côte du Tamaulipas, Mexique, et celle du sud-est du Texas[150].

Sur les autres projets Wikimedia :

La tempête tropicale Fiona photographiée à Sainte-Rose (Guadeloupe).