Yvonne Baby

Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus

Navigation

Contribuer

Outils

Imprimer / exporter

Pour les articles homonymes, voir Baby.

Yvonne Baby, née le au Touquet-Paris-Plage[1] et morte le [1] à Paris[2], est une journaliste, critique et romancière française, lauréate du prix Interallié en 1967.

Née en , Yvonne Baby est la fille de l'historien et militant politique Jean Baby et de Ruta Assia (Ruta Sadoul)[3] et la belle-fille de Georges Sadoul, écrivain et historien du cinéma.

Journaliste, elle entre dans les équipes du Monde en 1957[2]. En 1959, elle mène, pour son journal, un entretien avec Alfred Hitchcock. Elle lui demande notamment de définir le suspense, ainsi que la différence entre une femme fatale et une femme timide[2]. En 1962, elle est chargée de rédiger l'article sur la mort de Marilyn Monroe[2]. En 1965, toujours critique de cinéma, elle éreinte La Métamorphose des cloportes, qu'elle qualifie de film médiocre. En 1971, elle est choisie par Jacques Fauvet[2], pour créer et diriger le service culturel du journal Le Monde[1],[4],[5]. En tant que première cheffe de service femme au sein du quotidien, elle réussit à fédérer une équipe composée de personnalitées fortes (dont Olivier Merlin[2], Jean de Baroncelli[2], Michel Cournot[2], André Fermigier[2], Bertrand Poirot-Delpech[5] ou encore Colette Godard[2]) et constituée par fusion du service consacré aux arts avec celui consacré aux spectacles[2]. Elle recrute de nouvelles plumes, comme Claire Devarrieux et Hervé Guibert[2].

C'est aussi une romancière qui en 1967, à 36 ans, obtient le prix Interallié pour sa première œuvre publiée, Oui, l’espoir[2].

En 1975, alors que la presse française s'interroge sur le mystérieux Émile Ajar, Yvonne Baby va interviewer, à Copenhague, Paul Pavlowitch que Romain Gary avait chargé d'endosser l'identité.

Elle est vice-présidente du jury du Festival de Cannes en 1983.

André Fontaine, devenu directeur du Monde, en 1985, lui reproche son élitisme[2]. En 1986, il lui est imposé de quitter à la fois sa fonction de chef de service et le journal[2]. Plusieurs membres de son équipe, notamment Claire Devarrieux et Hervé Guibert, démissionnent suite à cette décision de la direction du Monde[2]. Elle se consacre, dès lors, à l'écriture[2].